Vos problèmes et ceux des autres

Publié le par Jean-Guy

 

 

 

Vos problèmes et ceux des autres

 

 

En Colombie, deux trafiquants arrivent à un ranch en amenant un prisonnier.

 

A l’intérieur, il y a un colosse noir de 7 pied et 300 livres de muscles

 

qui se cure les ongles avec un grand couteau de boucher.

 

– “Dis donc, Noiraud, le patron demande que tu encules ce prisonnier pour

 

lui apprendre à ne pas faire le malin avec notre bande” !

 

 – “OK, mettez-le dans le coin je m’en occupe tout à l'heure”

 

Quand les trafiquants s’en vont, le type implore le noir:

 

– “S’il vous plaît, Monsieur, ne faites pas ça, si vous m’enculez ma vie

 

est finie, ayez pitié pour l’amour de Dieu”

 

– “Ferme ta gueule, pédé, et tiens-toi tranquille”

 

Un moment plus tard, les deux trafiquants reviennent avec un deuxième prisonnier.

 

 – “Dis donc, Noiraud, le chef a ordonné qu’à celui-là tu lui coupes les

 

deux mains et tu lui crèves les yeux pour lui apprendre à ne pas toucher à

 

 notre argent provenant de la drogue”

 

– “OK, mettez-le dans le coin avec l’autre, je m’en occupe dans un instant”

 

 Une heure plus tard, ils ramènent un troisième prisonnier.

 

 

 – “Négro, à celui-ci tu lui coupes les couilles et la langue pour lui

 

apprendre à ne plus jamais fricoter avec les gonzesses du patron”

 

 – “C’est bon, foutez-le dans le coin avec les autres”

 

Finalement, ils en amènent un quatrième.

 

 – “Dis donc, Négro, celui-là c’est un ennemi alors tu le découpes en

 

 petits morceaux et tu envoies tous ça à sa famille dans une boite” !

 

 À ce moment, le premier prisonnier dit au nègre à voix basse :

 

 – “Monsieur le Noir, s’il vous plaît, n’allez surtout pas confondre !

 

celui que vous devez seulement enculer, c’est moi.. !!!”

 

MORALITÉ : Au fur et à mesure que vous connaissez les problèmes des

 

 autres, vous vous rendez compte que le vôtre n’est pas si grave…

 

 

 


 

Publié dans Textes Humoristiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article